jeudi 4 juillet 2013

Commentaires féministes de la Bible


Je commence à publier sur ce blogue une série de commentaires féministes de la Bible. Ma démarche se veut catholique. C'est à dire au service de la communauté chrétienne. L'idéal aurait été que ces commentaires soient le résultat d'un travail collectif, dans le cadre d'un groupe de lecture biblique par exemple. Ma situation personnelle précaire ne me permet pas d'initier ou d'intégrer un tel groupe. Ces commentaires ne sont pas destinés à être et rester l’œuvre d'une personne. Ils sont donnés à la lecture pour que l'on s'en empare, critique, développe, etc. Leur publication sur ce blogue est destiné justement à recueillir des commentaires, à susciter des échanges. Nous verrons, si cela se produit, comment continuer l'entreprise de faire une lecture complète de la Bible selon un point de vue féministe. On pourrait modifier les commentaires bibliques au fur et à mesure des messages qu'ils susciteraient. On pourrait imaginer organiser un forum dont les échanges seraient les préalables à la rédaction de futurs commentaires bibliques. On pourrait évidemment imaginer organiser ici ou là selon les possibilités matérielles et les volontés des groupes de lecture féministes de la Bible.
Voici ma liste des commentaires déjà publiés :
Pourquoi faire un commentaire féministe de la Bible ? L'entreprise pourrait sembler curieuse. D'une part beaucoup dans le mouvement féministe considère la Bible comme une des bases idéologiques du patriarcat. D'autre part, beaucoup au sein de l’Église sont franchement hostile au féminisme. Ces deux positions, apparemment antagoniques, sont pourtant d'accord sur un point. La Bible ne rime pas avec féminisme. Je suis convaincu du contraire. La Bible peut apporter des soutiens spirituels à celles et ceux qui sont engagés dans des combats féministes, et elle a déjà inspiré nombre de combats féministes, comme celui de l'abolitionnisme initiée par Joséphine Butler. Réciproquement, des points de vue féministes apportent des éclairages essentiels à la compréhension des textes bibliques.
Il ne s'agit pas pour autant de démontrer que la Bible serait féministe. Ce serait anachronique et aussi ridicule que de tenter de démontrer que la Bible est marxiste, libérale, ou même catholique. La Bible est un ensemble de textes hétérogènes qui doit son unité à sa réception par une communauté de fidèles, et même par des communautés de fidèles. L'enjeu alors est d'illustrer comment la Bible peut aussi être accueillie par une communauté féministe. Elle peut l'être par une communauté chrétienne protestante féministe ou par une communauté juive féministe. Etant de fait catholique et féministe, je souhaite partager comment je l'accueille avec ce point de vue.

Comment faire des commentaires féministes de la Bible ?
D'abord j'entreprends de faire une lecture suivie des évangiles. Une lecture suivie pour ne pas être tenté de choisir tel passage plutôt qu'un autre, ne pas faire une sorte de marcionisme féministe. Commencer par les évangiles, parce qu'être chrétien, s'est être disciple du Christ. Les évangiles sont quatre compte-rendus de la vie et de la prédication de Jésus-Christ. Dans une perspective chrétienne, la Bible entière est interprétée à la lumière des évangiles, et en particulier à la lumière du mystère pascal. Cependant, la Bible, rédigée en plusieurs étapes, se réfère à elle-même en permanence. Elle est traversée par un réseau dense d'intertextualité. Lire les évangiles, c'est lire des textes dont les auteurs étaient des lecteurs de ce que l'on appelle l'Ancien Testament, c'est donc une invitation permanente à se reporter à des passages de « la Loi et des Prophètes ».
Qu'est-ce-qui peut rendre une lecture de la Bible féministe ? Le fait d'être féministe, c'est à dire de s'engager politiquement, spirituellement et culturellement contre les injustices spécifiquement faites aux femmes. Le système qui structure ces injustices s'appelle patriarcat. Il faut distinguer féminisme essentialiste et féminisme universaliste. Je prends immédiatement position pour un féminisme universaliste. Le féminisme essentialiste reconnaît au patriarcat qu'hommes et femmes se distinguent de par leur nature. Son combat se résume alors à revendiquer une reconnaissance de l'égale dignité entre nature masculine et nature féminine. Le féminisme universaliste dénonce l'essentialisation des natures féminines et masculines. L'humanité est une. Évidemment chaque individu est différent. Évidemment chaque individu a un sexe. Mais tout aussi évidemment chaque individu à une taille corporelle différente, une couleur de peau différente, un timbre de voix différent, etc. Parmi tout les critères de différentiation que l'on peut utiliser pour distinguer entre êtres humains, le sexe n'est ni plus ni moins pertinent que d'autres. Le féminisme universaliste constate que les cultures patriarcales ont sur-valorisé la différence des sexes à un tel point que les individus jouent un rôle qui correspond plus à ce qui est attribué au sexe avec lequel ils s'identifient qu'au développement libre des potentialités liées à leur corps au cours de leur histoire. Cette situation, assortie d'une domination masculine systématique, aboutit aux injustices et aux violences dont souffrent les femmes dans une société patriarcale. Faire une lecture féministe de la Bible, c'est donc se poser la question de la place des femmes, et donc aussi celles des hommes. C'est appliquer le concept de Genre à l'exégèse.
Comme déjà dit, il ne s'agit pas de démontrer que la Bible est féministe. Nous savons déjà que de nombreux textes bibliques heurteront une conscience féministe. Mais une grande part de la misogynie que l'on prête à la Bible est surtout le fait de la misogynie de ses lecteurs et commentateurs qui font autorité jusqu'à aujourd'hui. Quelques éléments qui balisent le texte biblique me font croire que la foi en l'humain et en Dieu qui a inspiré la Bible suppose forcément une vision universaliste de l'humanité. Dès le premier récit de la création, l'auteur sacerdotal de la Genèse affirme « Dieu créa l'humain à son image, à l'image de Dieu il le créa ; mâle et femelle il les créa » (Gn 1,27). A l'autre bout de la Bible chrétienne, Paul, que l'on sait être par ailleurs misogyne dans ses textes disciplinaires, affirme « Il n'y a ni homme ni femme. Car vous ne faîtes qu'un dans le Christ Jésus » (Ga 3,28). C'est pourquoi je m'avance avec confiance dans cette entreprise, espérant que cela pourra aider d'autres à vivre leur Foi, espérant pouvoir être rejoint par d'autres dans cette entreprise.
Être féministe, c'est aussi interroger la langue par laquelle nous disons le monde. La langue française a intériorisé par bien des façons la domination masculine. Les milieux féministes résistent à ces marques linguistiques du patriarcat par diverses pratiques, qui souvent se limitent à la typographie. J'avais imaginé d'ajouter à la grammaire française un genre universel, pour rendre compte de toutes réalités qui sont autant féminine que masculine. Je propose ICI comment intégrer un genre universel à la langue française.  J'utiliserai donc une langue française "universelle" dans mes commentaires.

Quelques mots encore sur moi, pour situer mes commentaires. Je suis un homme. Engagé dans le mouvement féministe, j'ai conscience que j'ai été éduqué et socialisé comme un homme. J'ai grandi dans un environnement catholique mais pas forcément fervent. J'ai l'impression d'avoir refait le choix de la Foi au moment de ma confirmation, vers 18 ans. Je me suis « converti » au féminisme en m'engageant auprès des personnes prostituées au Mouvement du nid. Cet engagement relevait pour moi dès le départ de la « charité chrétienne », c'est à dire de l'amour universel que l'on est invité à donner quand on est disciple du Christ. On verra certainement dans mes commentaires combien la question de la prostitution influence ma vision du féminisme et de la Foi.

2 commentaires:

  1. Dans la genèse, dieu dit aussi des choses comme "je mettrai de l'hostilité entre la femme et toi, entre ta descendance et la sienne" ou "ton désir te portera vers ton mari, et lui te dominera" ... Je trouve donc votre référence à la genèse un peu tronquée....
    A part ça c'est un plaisir de vous lire, vous me redonnez un peu foi en l'humanité, je reviens en effet du site "aime les" ...

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour votre commentaire.
    J'en dis plus sur ma manière de lire les trois premiers chapitres de la Genèse dans cet article:
    http://pourunfeminismecatholique.blogspot.fr/2013/07/joseph-lanti-adam-face-larbitraire-des.html
    Je ne prétends pas que mon interprétation est la seule correcte. Je pense plutôt que la Bible rassemble des textes profondément polysémiques. En tout cas, on ne peut pas les utiliser pour justifier le machisme, ou le patriarcat.

    RépondreSupprimer